VESTIGES DU PALAIS DE KHORSABAD musée du louvre

Vestiges du palais de Khorsabad

En mai 1855, un chargement est pillé par un groupe de pillards bédouins au sud de l’Irak.

Le contenu de ce chargement ne comptait pas moins de deux cent-trente-cinq caisses d’œuvres découvertes sur le site de Khorsabad depuis 1852. Seule une vingtaine ont fini par atteindre le musée du Louvre.

C’est en 1843 que les premières fouilles commencèrent sous l’impulsion du consul de France à Mossoul, Paul-Emile Botta. A l’époque, il pensait être à Ninive, la capitale syrienne citée dans l’Ancien Testament, mais il s’agissait en fait de l’ancienne Dur-Sharrukin, capitale éphémère fondée par le roi Sargon II en 717 avant notre ère, mais finalement abandonnée.

Botta trouve dans les ruines du palais des plaques sculptées représentant des personnages divins, des génies, des dignitaires ou des porteurs de tribut, mais aussi de scènes d’expéditions commerciales menées à la demande du roi. 

Ces reliefs d’albâtre gypseux ornaient autrefois les murs de briques crues du palais, notamment les façades et certaines salles. Les portes étaient encadrées de lamassu, des figures de taureaux ailés au rôle protecteur. Botta fait transférer les œuvres à Paris dès 1846, et en 1847 le Musée assyrien du Louvre est inauguré par Louis-Philippe. Ce sera la première collection au monde d’œuvres originaires de l’Orient Ancien.

DÉPARTEMENT DES ANTIQUITÉS ORIENTALES RDC – SALLE 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s